Polka Magazine

De son travail de documentation, Maurice Sherif a fait un ouvrage. Plutôt un objet. Le coffret contient deux volumes grand format d’un poids total de neuf kilos. Le premier est visuel. Des cartes, réalisées spécialement pour ce projet, introduisent chaque chapitre qui reprend, pour titre, le nom de l’Etat le long duquel s’étend le mur. Imprimés en quatre tons mais en noir et blanc, les photos sont pleine page, en diptyque, voire en triptyque. Frontales, violentes et esthétiques, les images du mur, sous ses différentes formes, sont toutes prises vers midi, au pire moment de la journée. A près de 50°C, sous un soleil de plomb, la lumière est dure. Sur certaines images, le film –le Polaroid 55 PN– se liquéfie. Malgré la température, Maurice Sherif tient bon. Cela fait partie du sujet, de l’ambiance et de la réalité du mur. Les lieux sont sans vie. Un panneau dans l’Arizona indique “Watch for animals” [“Attention aux animaux”]. Sur ces terres inhospitalières, la mort n’est jamais loin. Les associations pour la défense des droits de l’homme ont recensé près de 5.600 décès depuis 1998.

Read more